FR | EN

Les projets | Thérapie génique pour l'amaurose congénitale de Leber (ACL)

ESSAIS PRÉ-CLINIQUES POUR UNE THÉRAPIE GÉNIQUE SUR UN MODÈLE DE SOURIS POUR L'AMAUROSE CONGÉNITALE DE LEBER (ACL).

C. Kostic, F. Munier, D. Schorderet & Y. Arsenijevic

L’amaurose congénitale de Leber (ACL), la dystrophie rétinienne héritée la plus précoce et la plus sévère, est la cause principale de cécité chez les enfants.

Environ 10-15% des patients souffrant d’ACL porte une mutation du gène RPE65 mutation. Nous poursuivons une étude pré-clinique de transfert du gène sain RPE65 dans des modèles d’ACL de souris grâce à des injections sous rétiniennes de vecteurs lentiviraux.

Nos études publiées montrent que dans la région ayant reçu le gène thérapeutique, 100% des cônes sont sauvés, fonctionnent et permettent de restituer une fonction visuelle à ces souris aveugles. Néanmoins, cet effet n’est plus efficace si le traitement est fait chez la souris adulte. Afin de définir quelle est la fenêtre thérapeutique, nous étudions ce transfert de gène sur des souris qui ont la même mutation que celle observée chez des patients. Ces études permettraient de définir quels patients pourraient être efficacement traités et permettraient aussi de mieux définir l’évolution de la maladie.

Parallèlement, nous avons identifié 3 familles du nord de la Tunisie souffrant d’ACL dont tous les patients affectés sont homozygotes pour la mutation R91W et touchés par une cécité totale à la fin de l’adolescence. Trois enfants ayant encore une assez bonne vision ont aussi été identifié en Suisse. Jusqu'à présent l'évolution de l'ACL est peu caractérisée et nous voulons donc décrire précisément l'évolution de cette maladie chez ces familles afin d’identifier une fenêtre thérapeutique applicable.

Il est important de déterminer à quel âge les cônes et les bâtonnets commencent à décliner puis disparaissent. L'ampleur de la dégénérescence doit être clairement identifiée pour déterminer le pourcentage de cellules qui peuvent encore être sauvée par une thérapie génique potentielle.

Avec l’aide de l’association de malades Retina Suisse, une action nationale est entreprise pour identifier des patients atteints de cette maladie. Cette étude est aussi une preuve de principe pour pouvoir cibler d’autres maladies héréditaires.

Retour liste des projets



EN SAVOIR PLUS

Institut pour la Recherche en ophtalmologie (IRO), Sion
L’IRO conduit des recherches principalement en oculogénétique (Programme Genes & vision).

Unité de recherche de l’Hôpital Jules Gonin, Lausanne
L’unité réalise une recherche dans plusieurs domaines de pathologies oculaires

OPEN EYES | Fondation pour la recherche en ophtalmologie | info@open-eyes.ch